Skip to content

Histoire de la Suisse II (1941)

Grandjean&Jeanrenaud

Grandjean, H., & Jeanrenaud, H. (1941). Histoire de la Suisse I & II. Lausanne, Genève, Neuchâtel, Vevey, Montreux, Berne, Bâle: Librairie Payot.

(1) Description
Le Grandjean & Jeanrenaud est un manuel destiné aux élèves de 10 à  15 ans fréquentant l’école primaire, qui couvre alors l’ensemble de la scolarité jusqu’à  la fin de la 9e année dans le système scolaire vaudois jusqu’en 1986. Il est également utilisé pour les classes de primaire supérieure.
En effet, à  cette époque, nous sommes en présence de deux ordres scolaires distincts : une école primaire prenant en charge les élèves de la 1ère à  la 9e année de la scolarité et un collège secondaire prenant en charge les élèves réussissant le concours d’entrée dès la 3e année de la scolarité et jusqu’à  la 9e également. En 1939, le collège est en outre toujours payant (écolage, fourniture, livres) et les élèves portent également l’uniforme. Ce n’est qu’avec la réforme voté en 1984 et mise en oeuvre à  partir de 1986 que ces ordres scolaires distincts seront réunis à  partir de la 5e année dans l’appellation du secondaire I.
D’autre part, le Grandjean & Jeanrenaud est un manuel intercantonal. Il sera utilisé dans les cantons protestants de la Suisse romande : Vaud, Genève, puis Neuchâtel et le Jura bernois.
Il est composé de deux volumes. Le premier volume s’ouvre sur une initiation à l’histoire (Images du passé), puis couvre la période de la préhistoire au moyen âge, mais sans la naissance de la Confédération. Il est destiné aux jeunes élèves des premières années primaires (3e, 4e et 5e année, à  vérifier encore).
Le volume II recouvre l’histoire de la Suisse depuis 1291 aux débuts de la première guerre mondiale lors de sa publication en 1941. Par la suite, ce manuel connaîtra 6 autres éditions; la dernière étant datée de 1969 (dernière réimpression en 1978). La 4e révision de 1955 comprend les modifications et remaniements les plus importants. Par la suite, les révisions suivantes s’attacheront uniquement à  compléter l’histoire de la Suisse jusqu’aux dates les plus récentes.(2) Les différentes éditions
Les remaniements significatifs de l’édition de 1955 sont les suivants :
    • changement de couverture.
    • certains mots sont désormais mis en gras dans le texte.
    • certains titres de chapitres connaissent des modifications (exemple Fondation de la Confédération – Premières luttes pour l’indépendance devient en 1955 Les Waldstaetten fondent la Confédération et luttent pour leur indépendance).
    • chaque canton connaît désormais une édition propre comprenant un aperçu d’histoire cantonale placée en fin d’ouvrage; auparavant des résumés des histoires cantonales vaudoises, neuchâteloises et genevoises et du Jura bernois étaient intégrés dans le corps même du manuel. Les lectures relatives aux histoires cantonales sont désormais placés après l’aperçu d’histoire cantonale.
    • apparition de résumés après chaque sous-chapitre ou presque.
    • les cartes voient leur graphisme remis au goût du jour.
    • suppression de la liste des ouvrages à  consulter qui figurait avant pour chaque chapitre.
    • ajout d’exercices et d’exercice de classement chronologique.
    • disparition du chapitre La vie politique intérieure et ajout d’un chapitre sur L’Après-guerre relativement à  la partie consacrée à  la Suisse contemporaine.
    • certains chapitres se voient désormais attribué la mention (lecture) sous leur titre.

 

Après 1955, seule la mise à  jour du dernier chapitre jusqu’à  l’actualité la plus récente sera effectuée et ceci jusqu’à  la 7e édition de 1969. Ainsi, l’édition de 1969 couvre l’histoire de la Suisse jusqu’à  l’exposition nationale de 1964.
Au niveau de leur organisation sommaire, les deux volumes sont construits de la manière suivante :
    – un texte suivi de l’histoire suisse découpé en plusieurs chapitres. Chaque chapitre intégrant en son sein un certain nombre de questions.
    – illustrations, dessins et cartes agrémentent abondamment les chapitres. Pour le volume I, on trouve en moyenne un de ces éléments par page; pour le volume II, un pour 4 pages.
    – des lectures complémentaires figurent en fin d’ouvrage; elle sont reliées à  un passage du corps du texte et signalée selon l’exemple suivant : * LECTURE : Le drapeau suisse. p. 249 [Grandjean & Jeanrenaud 1941b : 219].
    – après chaque grande division et à  la fin du manuel, des exercices de récapitulations ou des tableaux chronologiques servent à  la révision; cette révision peut correspondre avec la fin d’une année scolaire.

 

Concernant les auteurs, Henri Grandjean sera professeur d’histoire à  l’Ecole normale de Lausanne.
(3) Le deuxième volume dans son édition de 1941
Sur la couverture de la première édition, le titre du manuel figure sur deux lignes, en caractères noirs et en haut de l’ouvrage : «Histoire de la Suisse». En dessous du titre, une illustration se décline en rouge, noir, blanc et bleu. Au premier plan de celle-ci, trà´ne un soldat des temps passés (entre le moyen âge et la renaissance -> voir l’origine de la gravure ou du tableau ayant inspiré le dessin) la main gauche sur le fourreau de son épée et la main droite tenant, à  bras le corps et fermement, un drapeau rouge avec une croix. L’ombre du personnage recouvre derrière lui et presque entièrement un champ. Au deuxième plan, figurent des montagnes enneigées ainsi qu’un château. Enfin, l’arrière-plan est constitué d’un ciel bleu.
En plus petits caractères que le titre, sous les pieds du soldat et au bas de la couverture, les noms des auteurs, Grandjean et Jeanrenaud sont inscrits à  gauche tandis qu’à  droite figure le nom de l’éditeur : Payot. On distingue encore en bas de l’illustration, la signature de l’illustrateur : Ed. E.
En première page intérieure, les deux auteurs figurent en haut de la pages suivis du titre, de l’indication du volume ainsi que du nombre d’illustrations et de cartes. Ensuite, une petite illustration, symbolise l’éditeur. Enfin, en bas de page, le nom de l’éditeur, le lieu, la date et la mention «Tous droits réservés pour tous pays».
La deuxième page regroupe la liste des abréviations bibliographiques.
Puis, en page 3, le manuel débute sur un prologue : la célébration de la fête du 1er août. Le premier élément qui attire l’attention du lecteur est l’illustration d’un cortège au flambeau (fig. 1 – Fête du 1er août).
Au premier plan de cette dernière, un jeune garçon tient dans ses mains, un lampion rond, illustré de la croix suisse. On distingue encore clairement derrière ce premier garçon, deux jeunes filles et un garçon. Tous tiennent un lampion qui rond, qui allongé, mais tous imprimés avec la croix suisse. Derrière eux, un serpentin d’enfants, puis d’adultes, défile. Sur la gauche, on perçoit la foule regardant défiler ces enfants tandis qu’en haut à  droite, un homme entretient le feu du premier août autour duquel se tiennent debout des adultes en demi cercle. Tout à  l’arrière-plan, une maison et des montagnes finissent de planter le décor.
En dessous de l’illustration, un questionnaire :
1. Pourquoi célèbre-t-on le 1er août?  2. De quelle manière le fête-t-on? 
Enfin, le texte de ce prologue :

«Le 1er août! La voix des cloches ! Des feux! Des chants! Des cortèges! Un grand et bel anniversaire!
Des Alpes jusqu’au Jura, du Rhà´ne au Rhin, les Suisses célèbrent chaque année, ce jour-là , la fondation de la Confédération.
Pour connaître la naissance de notre Patrie, il faut remonter à  plus de six cents ans.»

S’il y a prologue, le manuel devrait comporter un épilogue. Or, il n’en est rien en raison de la date de parution : en 1941, la fin de l’histoire n’est pas encore connue. Par contre, il comporte une conclusion aux pages 218-219. Préalablement, un premier paragraphe traite de la Suisse pendant la première année de guerre [1939-…].
Accompagnant le premier paragraphe et la conclusion, une photo, prise lors de l’Exposition nationale suisse de Zurich en 1939 est intitulée «Les trois croix». On y voit un drapeau suisse, un drapeau de la croix rouge et, dessiné sur le mur derrière les drapeaux, la croix du Christ. La photographie occupe la gauche de la page et il est demandé aux élèves de répondre aux deux questions suivantes : «Quelles sont ces trois croix? Que représentent-elles pour nous, Suisses?»
Enfin le texte de la conclusion :

«Conclusion
Au cours des siècles, la Suisse a vécu des heures sombres et des heures lumineuses. Elle a connu des victoires et des défaites; presque toujours c’est la discorde qui a causé ses malheurs. Dans l’avenir, elle aura aussi des difficultés à  vaincre. Elle n’y parviendra que par un effort constant de volonté de ses citoyens. Sa force résidera dans l’union de tous les Suisses. Comme l’a dit un poète:
Nous voulons être un peuple uni de frères,
Qu’aucun danger ne pourra séparer.
Instruit par les événements récents, le peuple suisse demeure plus que jamais attaché à  son indépendance, à  sa neutralité, à  ses libertés et à  ses droits. Il est résolu à  défendre sa patrie à  tout prix. A l’intérieur du pays, il est décidé à  maintenir la démocratie et le fédéralisme. L’existence même de la Suisse en dépend.»

En 1941, la Suisse est en guerre, le manuel Grandjean & Jeanrenaud aussi. Il n’est pas seulement un manuel d’histoire, il est l’histoire de la Suisse. Jusqu’au dernier jour connu ou presque.

4 Comments

  1. Stefan Nguyen Stefan Nguyen

    j’ai trouvé ce livre au marché au puces des Mosses. Enfin j’entre dans l’histoire de notre pays avec une compréhension et un esprit que devait avoir ceux qui ont fondé et participé en bien à la destinée de la Suisse. Je voudrais bien en trouver d’autres exemplaires pour les passer à des connaissances….

  2. Il vous reste à faire les Marchés au puce si vous souhaitez en obtenir d’autres exemplaires.

Laisser un commentaire