Skip to content

Objet d’étude

Compte tenu des relations étroites existant entre le pouvoir politique et l’histoire — et plus particulièrement l’enseignement de l’histoire à l’école — , les manuels constituent un objet d’étude privilégié de l’évolution des relations pouvoir/enseignement. Ils fournissent un lieu de médiation privilégié entre les savoirs savants et les savoirs scolaires institutionnels ; ils permettent d’observer les conceptions didactiques préconisées par l’institution scolaire. Si, sous l’égide de l’Etat-nation au 19e siècle, les savoirs savants historiques et les savoirs scolaires étaient entremêlés, les rapports se sont complexifiés durant le 20e siècle en raison notamment de la prise de distance progressive de l’histoire savante à l’égard du pouvoir. Petit à petit, à partir des années 1930, le concept d’histoire- problème, initié par l’école historique des Annales, dépasse l’histoire-récit de l’école historique positiviste (méthodique) du 19e siècle et sa traduction du récit- national au cœur de la leçon d’histoire. Cependant, si après 1945, l’école des Annales, puis la Nouvelle histoire, tendent à s’imposer dans le champ de l’histoire savante francophone, elles se heurtent à une tradition scolaire bien établie et modifient peu et tardivement les curricula, les manuels et les pratiques enseignantes. Progressivement donc, une fracture apparaît entre l’histoire savante et l’histoire scolaire.

Dans cette étude, notre travail envisage l’analyse du manuel d’histoire en tant qu’objet hybride. Il est à la fois porteur d’un texte historien, ouvrage de vulgarisation et de référence, ainsi qu’outil pédagogico-didactique. Par ailleurs, le manuel d’histoire a la charge de transmettre des valeurs, car les finalités attribuées par l’autorité politique, via les autorités scolaires, à l’histoire scolaire comportent toujours une dimension forte de formation du futur citoyen. Au texte de départ sont associés des documents textuels ou iconiques, des résumés, des questions regroupées par chapitre, un glossaire ou une chronologie générale. De plus, ce texte est encadré d’un dispositif didactique plus ou moins explicite : préface, numérotation par paragraphe correspondant à la leçon du jour, dates mises en évidence, aide-mémoire et questions. Par ailleurs, les découpages en livres ou en parties peuvent correspondre à des années (ou parties d’années) de programme. Il sera donc également étudié pour les spécificités d’un sous-genre de discours à définir : les manuels — d’histoire — produits (et utilisés) dans le canton de Vaud au 20e siècle.

En conséquence, notre travail se propose d’observer et d’analyser les manuels d’histoire vaudois sous deux modalités préférentielles. Premièrement, celle des formes constitutives et évolutives prises par le manuel pour se construire comme un discours légitimé (deuxième partie : écriture et mise en scène de l’histoire). Deuxièmement, celle de la mise en scène d’une histoire à visée pseudo- pédagogique masquant l’intégration du discours de l’autorité politique (troisième partie : comment l’autorité vient au discours).

Be First to Comment

Laisser un commentaire